Message d'erreur

Deprecated function : The each() function is deprecated. This message will be suppressed on further calls dans menu_set_active_trail() (ligne 2405 dans /homepages/1/d366014710/htdocs/includes/menu.inc).

Le Petit Sudversif Juillet 2012

 

 

Bulletin d’information de la section  Sud Santé-Sociaux du Centre Départemental de l’Enfance de Moselle

Tel. 06 49 25 13 94/03 87 34 72 94

  sudsantesociaux57@gmail.com

 

PERMANENCES SUD :

Metz:

1er et 3ème lundi  du mois : de 9h30 à 15h (hors période de vacances)

Forbach et Scy-Chazelles : sur rendez-vous

 

 

LE PETIT SUDVERSIF

 

 

 


POUPONNIERE

Les représentants du personnel au CHSCT, de SUD et de la CFDT ont effectué des visites régulières à la Pouponnière et aboutissent à la même conclusion de risques de souffrance au travail importante. Beaucoup d’agents nous interpellent quant à leurs conditions de travail. L’absentéisme est important, les agents sont très souvent rappelés sur leurs congés suite au manque de personnel, comme en atteste d’ailleurs le rapport d’activité. Il leur est même demandé de sacrifier leur vie privée pour le travail par l’encadrement Les agents ont le sentiment de ne pas être entendus, et des difficultés relationnelles apparaissent.

Les délégués ont soumis au vote du CHSCT une mission de prévention dans ce service, qui aura pour rôle de distribuer un questionnaire et de « cartographier » les risques psychosociaux, après exploitation des questionnaires. Ce questionnaire sera anonyme et la Direction n’y aura pas accès pour  permettre de faciliter évidemment l’expression des collègues.


 

 

EN BREf


VIGY : LES JOLIES COLONIES DE VACANCES

Les Tutelles, dans leur tour d’ivoire, continuent à mijoter leurs plans sans l’avis des professionnels. En attendant, le sureffectif continue à courir, et les jolis discours sur le bienfait des petites structures ne collent pas à la réalité. Sur le principe, la Direction a pris avec raison (sous réserve des conditions d’accueil) la décision d’ouvrir un groupe supplémentaire  à Vigy pour les vacances. Mais après les colonies de vacances, les « classes vertes » ?

Malgré la volonté des Conseils Généraux, via la Loi sur la Protection de l’Enfance du 5 Mars 2007, qui avait pris leur désir pour des réalités et commencé à de-structurer le dispositif Protection de l’Enfance, tablant sur une diminution des accueils en institution, on se rend  compte que les choses ne sont pas si simples ! Soit certains établissements sont engorgés, suite à une « offre » de placement insuffisante faisant passer les jeunes de la maltraitance familiale à la maltraitance institutionnelle, soit les enfants maltraités restent chez eux et attendent des mois un placement (comme en Loire-Atlantique)… Qui dit mieux ?

CONTRACTUELS : N-IEME EPISODE DE LA STAR ACADEMY !

Encore un contractuel « nominé » sur les Homes qui a du faire ses valises et quitter le « château » pour ne pas avoir répondu à des objectifs que l’encadrement  lui aurait fixé, mais dont personne étrangement ne se souvient ! Quand on vous dit que les évaluations sont des pièges ! En l’espèce, le collègue s’est entendu reprocher entre autre qu’il ne prenait pas assez la parole en réunion, qu’il avait posé un congé enfant malade, et que, suite à une agression de la part d’un jeune, il avait interrogé le manque de soutien institutionnel. Au CDE,on a compris que c’étaient des motifs de licenciement Et on nous parle de procédure de soutien aux personnes agressées !

VEILLEURS DE NUIT : LA PLANQUE ?

 

La Direction adjointe de Forbach vient d’avoir une idée géniale : augmenter le travail des veilleurs de nuit, déjà lourdement mis à contribution pour les levers  des enfants  notamment. On demande aux veilleurs désormais de se transformer en lingère la nuit…

Au même moment où nous demandions que les veilleurs de nuit qui vont être titularisés dans le grade AMP puissent bénéficier de l’indemnité nuit intensive prévue pour ce grade (0,91€ au lieu de 0,17 de l’heure) ce qui est le moindre mal étant donné les horaires de travail atypiques et engendrant fatigue et problème de santé.

La Direction refuse, sous-estimant la quantité de travail effectuée la nuit par les veilleurs, négligeant le fait que la surveillance de tous les instants est du travail effectif !

 

CONCOURS

4 postes  pour les infirmiers et 23 postes pour les aides-soignants (AMP et auxiliaires-puéricultrices) vont être ouverts au concours le 14 Septembre. Bonne chance  à toutes et à tous !

Pas de news  en revanche pour les autres agents…Va-t-on  nous refaire le coup de la publication au Journal Officiel ? Il est vrai que le décret qui a dispensé certains métiers de la parution à cet organe officiel a savamment oublié certains métiers comme celui d’éducateurs…

 

ASTREINTES

 

Nous rappelons, contrairement à ce qu’on entend trop souvent que vous n’êtes pas obligé de donner votre numéro de  portable à l’encadrement et que vous n’avez pas l’obligation de répondre quand vous êtes en congé. Cela s’appellerait une astreinte et doit être rémunérée comme telle.

 Justement, la législation autorisant certaines catégories de personnel à effectuer des astreintes, nous avons proposé que lors d’absentéisme récurrent, du personnel volontaire accepte de remplacer au pied levé et soit indemnisé en conséquence.

 

 


L’IRTS, qui a vu transiter des milliers de travailleurs sociaux, est en danger , ce qui mérite qu’on s’y arrête. Une situation à mettre en parallèle avec celle de l’AFPA qui connaît aujourd’hui un déficit de 12 millions d’euros. La logique d’entreprise minant les hôpitaux et les structures sociales et médico-sociales s’installe désormais dans cet institut en cours de dynamitage et qui risque de laisser la place à d’autres acteurs privés. En tout cas, la qualité de l’enseignement dispensé va en prendre un coup, ce qui en dit long sur la considération du travail social par les décideurs à l’heure ou les acquis sociaux sont demantelés. Ci-dessous, pour information, un communiqué intersyndical des sections SUD et CGT de l’IRTS.


 


cgt14 Mai 2012

Tract intersyndical de l’IRTS de Lorraine

NOTRE INSTITUT DANS LA TOURMENTE !

Dans le cadre de la procédure d’alerte initiée par le Comité d’Entreprise en juillet 2011, il apparaît au terme de 9 pénibles mois d’examen des comptes de trésorerie de l’IRTS de Lorraine et de l’ALFOREAS que la situation de l’association et de l’institut est plus que préoccupante, avec un déficit prévisionnel cumulé de plus de 3 millions d’euros en fin d’exercice 2012. La situation dégradée de la trésorerie est connue depuis 2 ans par l’ALFOREAS et la DG de l’institut. Mais la politique menée n’en a pas tenu compte considérant que la situation était uniquement imputable au déficit de financement de la réforme des diplômes et donc à une méprise du Conseil Régional de Lorraine. Les travaux menés par le CE et le cabinet 3E consultant montrent au contraire que la situation dégradée de la trésorerie de l’institut a partie liée aussi aux choix politiques et aux choix de management qui ont remis en cause l’équilibre économique et organisationnel de l’IRTS de Lorraine :

·        Déficit patent de gouvernance sur le plan budgétaire et comptable d’une part, sur le plan des investissements immobiliers d’autre part, qui met aujourd’hui en péril la poursuite de l’activité de l’institut et l’emploi de 150 salariés : absence d’indicateurs de gestion, budget prévisionnel angélique, sous-évaluation du coût de la réforme des diplômes, erreurs d’affectation analytique…

·        Absence de positionnement politique fort de l’Association conduisant notamment à la vente à perte de nos formations de niveau 5 dans un environnement économique libéralisé.

·        Choix désastreux sur le plan de l’expertise informatique (Marin et FORMEO) très coûteux qui n’ont pas produit les effets escomptés sur l’organisation collective du travail à l’IRTS de Lorraine.

·        Appel récurrent à des cabinets d’expertise dont la pertinence et l’utilité restent à démontrer.

·        Absence de délégations claires des cadres de formation peu associés à l’élaboration du budget en amont, pendant et après l’exercice budgétaire

·        Élargissement de la Direction de l’institut à 5 personnes, augmentation des salaires de la direction, création de postes assortis de primes de responsabilité alors que ces mêmes responsabilités semblaient naguère assumées sans ces primes, en contradiction avec le discours affiché « d’efforts à conduire face à la crise ».

·        Manque d’implication et de suivi de la DG de certaines réformes structurelles.

·        Mise à mal et division des services et des salariés par le biais d’injonction de la DG au mépris d’un existant qui, s’il peut être interrogé dans une perspective d’évolution, a montré son efficacité et son bien-fondé.

C’est pourquoi, à l’initiative des personnels qui soutiennent l’action du CE et des élus, une motion de défiance a été votée le 29 Mars dernier à l’issue de la présentation des travaux menés par le cabinet 3 E, et communiquée le 4 Avril en AG à la présidence de l’ALFOREAS et à la DG de l’IRTS de Lorraine. Le diagnostic - enfin ! - partagé d’une situation de trésorerie très préoccupante depuis 2010 mais dont la dégradation est révélée par les comptes dès 2006 (voir les avis défavorables émis chaque année par le CE au CA et à l’AG de l’association) ne peut à lui seul renouer la confiance entre salariés et direction pourtant nécessaire à la sortie de crise.

Compte tenu des éléments évoqués, la mise en perspective de préconisations relatives au redressement de la situation emportera la défiance des salariés si ces préconisations :

- ne sont pas discutées et négociées dans les règles du droit du travail avec les instances représentatives du personnel,

- se fondent sur une analyse qui vise à dénoncer le modèle social de l’institut. Les problèmes d'ordre financier ne doivent pas servir de prétexte à une révision ou à une dénonciation de l’accord d’entreprise que les partenaires sociaux ont signé il y a tout juste deux ans ! Ou au démantèlement d’une organisation qui a fait ses preuves en termes de pédagogie, de formation et d’expertise sur le travail social, ce qui constitue en fin de compte la mission principale de l'IRTS de Lorraine.

Avec les syndicats, le CE et la majorité des élus du personnel souhaitent qu’un plan d’actions échelonné avec un calendrier négocié s’élabore autour d’un projet global de sortie de crise centré sur la politique économique de l’institut, son modèle pédagogique, managérial et d’organisation.

 

Dans la tourmente, ON NE LÂCHE RIEN :

La SOLIDARITÉ contre la division

La RESPONSABILITÉ contre la fatalité d’un redressement non négocié!